Amicale des Sapeurs Pompiers

Schirrhein Schirrhoffen

Consultez le calendrier des manifestations de l'amicale

Historique


Pour garder des repères, il ne faut pas oublier que l’Histoire est la science des hommes dans le temps mais aussi la science des hommes dans leur temps. Ainsi, il y a, d’une part, l’Histoire, la grande, la reconnue, qui nous est enseignée sur les bancs d’école, et d’autre part, ce passé encore suffisamment récent pour s’inscrire dans nos têtes à tout jamais, la petite histoire qui intéresse les jeunes qui ont « entendu dire que... » , celle qui jadis fut transmise par les grands-parents aux petits enfants lors des longues veillées hivernales, tissant ainsi des liens entre les générations.    

L’Histoire des Sapeurs Pompiers remonterait à deux siècles avant notre ère: un certain Ctésibus, savant d’Alexandrie, aurait inventé une pompe pour éteindre les incendies. L’existence de cette pompe reste contestée par certains, mais tous les historiens s’accordent pour affirmer que les Egyptiens et les Grecs organisaient des rondes de nuit effectuées par des vigiles.
pompiers en tenue de feu 1833 De même sous Auguste, des cohortes étaient constituées pour assurer une surveillance et faire appliquer des mesures de prévention. Toutefois, celles-ci se désorganisèrent après les invasions barbares. Il faudra attendre que Charlemagne, en 813, prononce peine d’amende contre « l’habitant commandé qui ne fera pas son service de garde de nuit » pour voir renaître la volonté de prévention contre l’incendie. Les choses évolueront en ce sens au Moyen-Âge: en 1150 les marchands et artisans doivent fournir chaque soir des hommes pour veiller la nuit. En 1254, sous Saint Louis, on fait la différence entre ce guet et le Guet Royal, dont les soldats sont entretenus par le Roi. C’est au XVIIème siècle que les moyens de lutte se développent avec l’apparition des premières pompes. Il y aura ainsi, en 1716, 32 Gardes-Pompes à Paris, qui seront équipés, en 1722, d’un premier habit uniforme. Celui-ci s’alignera sur la tenue militaire en 1792 lorsque la Convention décrètera la réorganisation des Gardes-Pompes de Paris en corps militaire.
En 1802, le terme « Pompier » est officialisé. En 1811, ces « pompiers » sont équipés de pompes à bras sur châssis à roues qui seront utilisées jusqu’aux environs de 1930. Le 18 Septembre 1811, Napoléon ordonne la création d’un Bataillon de ce qu’on appellera désormais Sapeurs Pompiers puisque, comme les Sapeurs du Génie, ils manient la hache et la pioche, bataillon qui sera militaire à part entière. L’équipement des Sapeurs Pompiers connut aussi des évolutions. .
Ainsi les casques changèrent légèrement d’un régime à l’autre pour aboutir au modèle de 1885 qui fut utilisé jusqu’en 1933C’est aussi au XIXème siècle que les pompes à vapeur au charbon font leur apparition. Plus tard, au début du XXème siècle, elles seront remplacées par des pompes à moteur thermique plus fiables et plus faciles d’utilisation. De nombreux modèles de fourgons-pompe-tonne, pompes remorquables et échelles mécaniques furent conçus et leur équipement se sophistiqua sans cesse.

pompe à bras
Pompe à bras

  En 1939-40, la guerre fait rage partout. C’est l’invasion et bien des villes et villages subissent des bombardements. C’est ainsi que tous les sites stratégiques ( gares, lignes ferroviaires, ponts...) connaissent les bombes et leur cortège de morts, de douleur et de chagrin. Partout, les Pompiers, armés pour le bien, se dévouent du mieux qu’ils peuvent. C’est sous l’occupation allemande que le Corps des Sapeurs Pompiers de Schirrhein-Schirrhoffen fut créé officiellement en 1941. Bien avant, des hommes participaient activement  à la sauvegarde des biens en cas d’incendie pour, dans un élan de solidarité, combattre le feu. Le Corps comptait 24 membres en 1941 avec à leur tête, Joseph Sutter, poussé à suivre des stages de formation à Schwetzingen en Allemagne pour être Chef de Corps.
En effet, suite à l’application des grands principes nazis dans toute l’Alsace, l’envahisseur commandait et supervisait tout: c’est ainsi qu’il désignait ou forçait plus ou moins ces hommes, trop âgés pour être incorporés, à rejoindre la «  Lokale Ortsfeuerwehr  ». Dès 1946, Joseph Sutter fut remplacé par le Lieutenant Frédéric Dorffer. A cette époque, l’effectif était d’environ 15 membres, mais variait très souvent. Ce n’est  que quelques années plus tard qu’une vingtaine de membres se mirent à fréquenter régulièrement les exercices d’entraînement au nombre de 3 ou 4 par an. 

Sutter Joseph

Sutter Joseph

défilé de la liberation
Défilé de la libération 16 mars 1946 

Le premier  Secrétaire du Corps fut Léon Goettelfinger, et le premier trésorier Nicolas Mosser. Les moyens dont ils disposaient étaient réduits au strict minimum. Les membres cotisaient cinq francs par mois pour s’équiper et s’habiller. En 1948, nos deux communes héritèrent de deux motopompes portables à essence d’un débit d’environ 20 mètres cubes par heure, à titre de dommage de guerre.
 Mais le mauvais maniement et le manque d’entretien de ces pompes entraîna très vite leur détérioration. Il ne resta plus que quelques longueurs de tuyaux en chanvre qui, une fois mouillés, ne se manipulaient que très difficilement. Tout le matériel était rangé sur une charrette pour être déplacé rapidement en cas d’alerte.
Un tronc de sapin d’une vingtaine de mètres dont le montage nécessita force et doigté était placé entre l’école des filles et celle des garçons pour le séchage des tuyaux, tandis que le reste du matériel était simplement entreposé sous le pont du Baechel qui traversait la Rue Principale à hauteur d’Albert Staebler et d’Antoine Dorffer. Plus tard, on utilisa un local situé à l’emplacement de l’actuelle école maternelle. Au début des années 50, de nouvelles tenues de sortie furent achetées par l’Amicale, quant aux tenues de manœuvre, elles se composaient de combinaisons bleues, de casques, de ceinturons de cuir (récupérés après la guerre ), de chaussures ( pas de bottes ) et de calots.

Dorffer Frédéric

Dorffer Frédéric

Les conditions d’intervention furent améliorées en 1956, année où la commune fut desservie en eau courante, cependant équipements et matériel restèrent vétustes. C’est en 1959 que les pompiers - soutenus parles deux communes - furent dotés de casques de feu, aujourd’hui nos casques de cérémonie, d’une tenue de feu et enfin de nouveaux tuyaux.

Kramer Paul

Kramer paul

Suite à la démission du Lieutenant Dorffer en 1966, le Sous-Lieutenant Paul Kraemer assura les fonctions de Chef de Corps , d’abord par intérim, puis officiellement à partir du 28 janvier 1969, poussé par le curé Marchall à prendre la succession afin de dynamiser le Corps des Sapeurs Pompiers de Schirrhein-Schirrhoffen.Dès 1969, les premières manœuvres selon un règlement de manœuvre précis furent effectuées par les soldats du feu sous la surveillance du Chef de Corps et de son adjoint Richard Schitter.
 En 1971, les élections pour un premier conseil d’administration eurent lieu. Les membres étaient: le Lieutenant Paul Kraemer, le Sous-Lieutenant Richard Schitter, Le Sergent René Halter et le Caporal Joseph Halter. Sur proposition du Lieutenant Kraemer, 500 calendriers furent commandés pour la première fois en 1972 afin de bénéficier de plus de ressources financières pour l’achat de tenues et de matériel.

inauguration de l'eglise
Inauguration de l'Église rénovée par le curé Marchall, le 20 Août 1950, en présence du Préfet Poira et du S/Préfet Heckinger.

enterrement
Enterrement Abbé Alphonse Burger

Au courant de cette année, furent également adoptés les statuts de l’Amicale, jusqu’ici officieuse. A cette époque, de nombreux bals furent organisés pour faire face aux dépenses engendrées par l’achat et l’entretien d’équipements toujours plus modernes. Lors du dîner de la Sainte-Barbe de 1978, le Lieutenant Paul Kraemer fit part de sa démission pour raisons de santé. C’est donc en 1979 que le  Sous-Lieutenant Richard Schitter prit en main les fonctions de Chef de Corps.
Dans la foulée, un VTU de type Peugeot J7 fut acheté par les communes et rénové par les membres du Corps. Durant les années 80, beaucoup de sapeurs suivirent des stages de formation pour la montée en grade ou bien pour apprendre les gestes élémentaires de secourisme. Le Corps s’équipa d’un matériel de plus en plus perfectionné, le nombre d’interventions comptabilisées augmentant régulièrement. De nouvelles tenues d’intervention furent acquises pour permettre aux personnels de plus en plus sollicités d’intervenir avec le maximum de sécurité.

Schitter Richard

Schitter Richard

Devant l’ampleur du travail, le Lieutenant Richard Schitter fut soutenu par deux excellents animateurs qui étaient Michel Bruder ( Secrétaire ) et Lucien Mosser ( Trésorier ). En 1989 fut inauguré un camion-citerne de marque Mercedes Unimog acquis par les deux communes. Cette même année, lors d’un incendie de grange chez Madame Lang, cet engin devait démontrer toute son utilité à l’équipe des sapeurs. Démonstration en fut aussi faite au public qui a contribué au succès des festivités du 50ème Anniversaire, le 15 Septembre 1991.Le VTU Peugeot J7 ne répondant plus aux normes en vigueur, il fut remplacé par un VTU flambant neuf de type Renault Master dont les clés furent remises au Chef de Corps lors d’une cérémonie, le 4 Avril 1993. 

passation de commandement
Passation de commandement

C’est le 9 Janvier 1994 que le Lieutenant Richard  Schitter confia ses hommes à son successeur, le Sous-Lieutenant Hubert Halter, en présence d’une foule d’invités. Le Lieutenant Schitter avait atteint la limite d’âge et fut nommé Capitaine Honoraire lors de cette cérémonie. Pour marquer cette passation de commandement, un violent feu de toiture éclata au domicile de Monsieur Raymond Muller le 28 Janvier 1994.
L’intervention  rapide du Corps local, soutenu par le CS de Bischwiller  put empêcher le pire. Dans les années 90, un impressionnant nombre d’heures fut consacré à la formation afin de faire face aux sollicitations toujours plus diverses. En effet, au fil du temps, le recours aux sapeurs-pompiers est devenu un réflexe naturel pour l’homme. C’est pourquoi apprendre à lutter contre le feu, mais aussi à intervenir lors d’accidents de la route, du travail, de catastrophes de quelque ordre que ce soit, fait l’objet de stages auxquels de plus en plus de sapeurs pompiers sont invités à prendre part pour mieux assurer la protection des personnes de nos deux communes. Ce n’est qu’ainsi que chaque geste deviendra réflexe pendant les interventions et que « notre travail » sera accompli de façon professionnelle. L’incendie au Restaurant à l’Arbre Vert en 1997 en fut la parfaite illustration: une intervention rapide et bien menée peut souvent empêcher un sinistre de prendre une ampleur considérable.  

clic pour+ de photos
 nouvelle caserne

Pour terminer, espérons que la nouvelle caserne qui sera fonctionnelle à partir de l’été 2001 poussera toujours des jeunes vers cette seconde profession qui est la nôtre, pour que toujours des sapeurs-pompiers soient là, au secours d’autrui, dans nos deux communes. Il va de soi que l’entrée dans le 3ème millénaire avec l’installation dans la nouvelle caserne et la mise en place de la départementalisation changeront profondément la vie au quotidien des Sapeurs Pompiers et que tous, anciens et jeunes, devront faire preuve de beaucoup de motivation.

       Mais si nos regards doivent se tourner vers l’avenir, n’en oublions pas pour autant la « petite histoire » du Corps des Sapeurs Pompiers de Schirrhein-Schirrhoffen car comme l’écrit l’éditorialiste Désirée Sadek : « Changer le monde en continuant la tradition, c’est peut-être la solution pour créer une passerelle entre hier et demain. Histoire de prouver qu’il ne peut y avoir d’avenir sans passé. »

  Christian Sutter   

Amicale des Pompiers Schirrhein Schirrhoffen
Portail de l'OSCL Schirrhein Schirrhoffen
Site Internet réalisé par Atiweb